12. Les têches, un article de la FAVJ du 27 mars 1924. Non signé.
Il en faut, du bois, à la Vallée, pour passer l'hiver...
  Les têches, un nom qui ne dira plus grand chose à personne. C'est quoi, au fait ? Un simple entassement en bon ordre des bûches  que l'on a faites en coupant son bois. Mais attention, faire de belles têches, ce n'est pas donné à tout le monde. Disons que pour y bien réussir, vraiment, il faut être "horloger" de nature, donc soigneux. Et puis il y a des trucs. Par exemple vous ne devez pas commencer votre têche directement au pied d'un mur, mais laisser un espace de 15 cm, voire 20 cm, afin que votre têche plus tard ne fasse pas le gros ventre et finisse par tomber. 
    Et ce n'est rien encore que la têche elle-même, ce sont ces croisillons qu'il faut faire dans les bouts quand rien n'appuie votre chef-d'oeuvre. Et les croisillons, ça paraîtra ridicule, c'est difficile à faire afin qu'ils tiennent. Enfin, voilà du travail pour les amateurs de bois, tandis que les autres, plus de mazout, hop, un coup de téléphone et le camion est là pour vous remplir la citerne à raz bord. Autrefois c'était pour rien, aujourd'hui on compte un peu plus, mais c'est encore trop bon marché pour que les amateurs de bois se fassent légion. 
    Bois et scieurs de bois. On découvrira le dernier dans ce chapitre qui semblait nous demander deux minutes, et puis qui s'étoffe au point de le rendre obèse ! Comme des têches qui seraient mal faites, justement!