111. Réflexions sur l'affinage - 1988 -
De main d'homme, pourraient dire certains.
    Les dites commencent à dater un peu, puisque nous les avions posées sur le papier en 1988, alors que les affaires diverses secouant le monde du vacherin étaient encore toutes chaudes. C'est à ce moment-là que nous quittions l'honorable corporation des affineurs pour nous diriger vers d'autres destinées. Ni pires ni meilleures ! 
    Les rapports, celui-ci et celui que vous avez pu découvrir sous le no 110, furent-ils envoyés à l'époque à qui de droit ?  Ce n'est pas certain. Si toutefois ce le fut, il n'y a pas lieu de croire qu'ils furent lus, ni surtout qu'ils aient eu une incidence quelconque sur le devenir du vacherin. C'était là, à dire vrai, de simples spéculations qui auraient du finir dans la corbeille à papier.  Honorable souci  du conservateur, elles sont demeurées dans nos archives d'où nous les ressortons aujourd'hui. 
    A lire avec le regard de l'historien, ou de l'amateur qui aime à se replonger dans ce bon vieux passé âgé maintenant de près de trois décennies.