106. Or, il y eut une grande lumière! Une légende de Noël de Julie Meylan - parue dans la Feuille d'Avis de Lausanne du 24 décembre 1929.
Thord dans ses grandes oeuvres.
    Dans son palais en troncs de bouleau où le vent du nord entre, indiscret, par les fissures qu'on a oublié de garnir avec de la mousse, le vieux roi Thord est assis devant l'âtre. Songeur, il regarde les bûches se consumer. Pareilles à des serpents de feu, les flammes montent, dansent, retombent et s'élancent à nouveau. Sous leur morsure brûlante, le bois résineux crépite et s'effondre en un amas de braises rougeoyantes. Leur reflet éclaire à peine la salle rustique où, sur le sol brut, des peaux d'ours sont étalées en guise de couches et de sièges.